Les phobies sont souvent composées de plusieurs éléments. Le processus est complexe et il serait difficile de tout décortiquer ici. Si l’on veut faire simple et prendre des raccourcis, alors leur fonctionnement peut se révéler simplissime.

Comment expliquer à quel point une phobie peut gâcher la vie? Comment peut on se meles phobies et l'hypnose eft ritmottre à bondir partout devant un petit rongeur ? Comment une personne peut-elle devenir irrationnelle devant un insecte des milliers de fois plus petit qu’elle ? Par quel procédé devient-on claustrophobe? Et pourquoi des réactions phobiques peuvent-elles engendrer de l’agressivité ? Qu’est-ce qui pousse une personne à se couper des autres plutôt qu’à surmonter une peur ?

C’est grâce à des « alertes » comme les peurs que notre espèce a survécu et évolué.  Il est probable que le cerveau, depuis le stade animal, stocke les expériences de vie dans la mémoire et y associe des émotions qui vont se traduire par :

          – dangereux                         – brûlure               – pas bon     

          – agression                          – poison                 – risque mortel

          – douleurs                            – chute                  – etc…

Regardez un chat qui se sent en danger parce qu’un chien se dirige vers lui. Peu importe que ce chien soit « sociabilisé » avec les chats. Peu importe qu’il soit « gentil » ou pas. Peu importe où il va et pourquoi. Si à un moment de sa vie le chat a vécu une expérience désagréable avec cette race, son instinct va mettre en oeuvre toute les fonctions de « survie » pour faire face à cette menace potentielle : les pupilles se dilatent, les griffes commencent à sortir, les muscles du dos se tendent pour êtres prêt à bondir, le miaulement se fait menaçant etc… Toutes les capacités physiques sont mobilisées pour le combat ou la fuite mais aussi se figer tel une statue afin de ne pas se faire repérer.

Ce système se trompe parfois et ne provoque pas la bonne réaction : quand un lapin se fige devant les phares d’une voiture, il semble que la fuite serait une meilleure option… 

Héritage probable de l’époque « préhistorique », notre cerveau a gardé « ce système » de protection et comme pour le lapin, une réaction peut ne pas être adaptée…

Ce « programme » nous protège en permanence sans que nous en ayons conscience. Il compare les expériences passées à la situation présente ou imminente afin que notre corps soit prêt à réagir. Il s’est adapté à notre évolution et des peurs « modernes » voient alors le jour comme la peur de l’avion, des microbes, des médicaments…

L’accompagnement avec l’hypnose permet à la personne de mieux comprendre la raison d’une phobie. De mettre en oeuvre un travail qui va valoriser la raison d’être  de cette peur et de pouvoir la canaliser en adaptant le message qu’elle envoie aux situations concernées.

C’est une manière de voir ses peurs sous un autre angle, de comprendre à qu’elle point elles sont utiles afin d’en faire un atout et non un frein.